Libérer les peuples de l’emprise des marchés financiers

Publié le Mis à jour le

plan-bLe Monde diplomatique publie le second volet de la réflexion de Renaud Rambert et Sylvain Leder sur les conditions politiques et économiques d’une libération des peuples de l’emprise de la finance.

Face aux marchés, le scénario d’un bras de fer, Renaud Lambert & Sylvain Leder

Le Monde diplomatique, Lundi 1 octobre 2018, p. 10 -11

Après un premier article analysant l’emprise de la finance sur les États (« L’investisseur ne vote pas », juillet 2018), ce second volet s’intéresse aux moyens d’y résister. Sur le mode de la fiction, il imagine une crise profonde conduisant une population à engager le combat, avant de proposer un plan de bataille ouvrant des perspectives d’émancipation, mais sans en ignorer les coûts.

Version PDF sur le site d’ATTAC.

 

 

L’investisseur ne vote pas, Renaud Lambert & Sylvain Leder

Le Monde diplomatique, Dimanche 1 juillet 2018, p. 18 
C’est une saynète désormais bien rodée. Un gouvernement — progressiste ou réactionnaire — prend une décision qui contrevient aux préférences de la finance. Les marchés menacent, le pouvoir politique renonce, les médias applaudissent. La crise italienne a démontré que le « cercle de la raison » néolibérale ressemble de plus en plus à un nœud coulant passé autour du cou de l’électeur.