Mobilisation dans les EHPAD

Capture.JPG

Docviewer.gif« Excellent investissement anticrise », Philippe Baqué

Aleurs investisseurs, les sociétés en conseil de gestion de patrimoine promettent des taux de rentabilité dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) compris entre 4 et 6 %, avec une fiscalité quasi nulle. « Investir en Ehpad : la solution à fort rendement ! Un marché en plein essor ! », promet ainsi la société P&F Management. « L’Ehpad s’avère un excellent investissement anticrise », clame un site Internet spécialisé. Les promoteurs immobiliers et les grands groupes gestionnaires de ce type d’établissements multiplient les appels à investir dans un domaine où le déficit chronique de places permet de spéculer sans scrupules.

Sur les 7 400 Ehpad répertoriés en 2014, 45 % étaient publics, 30 % privés non lucratifs et 25 % commerciaux (1). Ces derniers tendent à accroître leur part de marché. Le chiffre d’affaires d’Orpéa, numéro un des groupes gestionnaires d’établissements, a grimpé à 1,95 milliard d’euros en 2014, soit une progression de 21 % par rapport à 2013, et son bénéfice net a augmenté de 16,6 %. Si, dans les établissements publics, le tarif mensuel du séjour restant à la charge du patient et de sa famille une fois les aides déduites varie entre 1 000 et 1 500 euros, il peut monter jusqu’à 3 000 ou 4 000 euros dans le privé. Ce prix très élevé n’est pas pour autant une garantie de bientraitance, comme le montre le film documentaire Flore (2014), du réalisateur Jean-Albert Lièvre, qui a suivi la dégradation très rapide de sa mère diagnostiquée Alzheimer dans un établissement de luxe de la région parisienne.

Le Monde diplomatique, février 216, p. 20.

 

Note(s) :
(1) « Répartition de l’offre d’hébergement en établissements médicalisés en France en 2014 », juin 2014, http://www.lesmaisonsderetraite.fr