Gilets jaunes: l’embrasement

Publié le Mis à jour le

7795589241_les-gilets-jaunes-manifesteront-dans-tout-le-pays-samedi-17-novembreAlors que le président Macron s’enferme dans un mutisme dédaigneux et que le premier ministre pense éteindre l’incendie par des consultations des partis politiques, le pays s’embrase.

D’abord regardé avec méfiance, voire hostilité, en raison des soupçons de poujadisme, le mouvement des « Gilets jaunes » n’en finit pas de s’étendre par capillarité à toute la société. Chaque jour qui passe met en branle un secteur de la société resté jusqu’à présent à l’écart. Ils ont fait sauter les verrous mentaux et ouvert le champ des possibles. Malgré les émeutes de samedi, la société soutient massivement le mouvement, soulignant que c’est bien une grande majorité des citoyens qui sont entrés en sécession. Depuis ce matin, les lycéens sont franchement entrés dans le mouvement, surtout dans les régions, confirmant le degré d’exaspération et de politisation de secteurs de la société que les experts décrivaient comme amorphes et inertes. S’ajoutent les ambulanciers et VTC qui ont bloqué la place de la Concorde, les blocages des raffineries et de nombreuses autoroutes et péages bloquant la circulation des transporteurs routiers, autrement dit de l’économie. Mouvement disséminé sur tout le territoire, occupant routes, ponts, péages et autres rond-points, les « Gilets jaunes » étranglent petit à petit l’économie. Nul doute que d’ici quelques jours, les classes dirigeantes lâcheront Macron, le conduisant à capituler.

Macron et le gouvernement sont conduits à mener une course de vitesse qui risque de leur être fatale car chaque jour qui passe étend la contestation, élargit les revendications, épuise les forces de l’ordre et multiplie les accidents mortels. Face aux lycéens, la réponse par la répression engage une dynamique de mobilisation plus large, car ces lycéens empêchés de manifester ont des familles qui seront de leur côté. La société est à fleur de peau, tant elle est violentée depuis plus d’un an par le clan Macron. Spirale fatale pour un président aux abois.

Les quelques jours d’ici au samedi 8 décembre, nouveau temps fort de la mobilisation des « Gilets jaunes » ne laissent que peu de marge de manœuvre au président Macron. D’autres secteurs de la société vont sans doute entrer en mouvement, rendant toute solution impossible. Dissolution ou démission sont donc les seules issues possibles, à moins que le clan au pouvoir ne s’engage dans une répression généralisée, préférant le chaos et la guerre civile à la démocratie. Quoiqu’il en soit, les millions de Français engagés, issus de tous les milieux, ne rentreront pas tranquillement chez eux sans obtenir des concessions substantielles du pouvoir. La politique menée par le clan Macron visant à imposer une révolution néo-libérale à la société française est un échec total. L’alternative posée à Macron est simple: satisfaire le peuple souverain ou les traités européens

Jérôme Martin @GHS