Politique

Emmanuel Macron veut achever l’école de la République

Publié le Mis à jour le

CaptureDepuis deux semaines, on en sait un peu plus sur le programme d’Emmanuel Macron, notamment en matière d’éducation. Si, comme pour le reste de son programme, les idées viennent de partout, et surtout de nulle part, elles peuvent toutes être placées sous le même signe : un libéralisme destructeur qui viendrait achever l’œuvre de démantèlement de l’Ecole de la République entamé par les gouvernements précédents. Lire la suite »

Mélenchon : un vote pour provoquer l’avenir, Cédric Durand , Razmig Keucheyan

Publié le Mis à jour le

Capture3Tribune parue dans Libération le 31 mars 2017

Longtemps les élections ont été ennuyeuses. Portée par un vent libéral, l’alternance entre droite dans ses bottes et gauche ectoplasme, converties à cœur à la modernisation de marché, avançait sans heurt dans l’éternel présent du capitalisme rendu maître de l’espace mondialisé et du temps financiarisé. Le chômage endémique, l’exultation consumériste et l’horreur terroriste ou criminelle constituaient les trois pôles dramatiques d’un petit jeu ronronnant, pimenté seulement par les frasques des candidats ou les esclandres des amis trahis. Lire la suite »

L’« extrême gauche » et Mélenchon : une caricature de sectarisme

Publié le Mis à jour le

Capture2volution est la section française de la Tendance Marxiste Internationale qui appelle à voter en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Dans cet article, Révolution analyse les positions politiques du NPA et de LO. Lire la suite »

Débat Coquerel-Piketty: les fractures de la gauche et l’Europe

Publié le Mis à jour le

logo-Mediapart-HDLe grand débat de notre MediapartLive du 29 mars 2017 avait pour thème : « Une gauche fracturée : le débat Coquerel-Piketty ». Lire la suite »

Frédéric Lordon, la concurrence des souverainistes

Publié le Mis à jour le

playerFigure de Nuit Debout, l’économiste et philosophe Frédéric Lordon est notre invité aujourd’hui. Chercheur au CNRS, auteur d’un blog, « la pompe à phynance », hébergé par Le Monde Diplomatique, où il commente la vie politique européenne et la vie des idées, auteur de La société des affects en 2013 suivi des Affects de la politique à la rentrée dernière au Seuil. Lire la suite »

Éric Coquerel : « Nous aspirons clairement à être au second tour »

Publié le Mis à jour le

Coordinateur du Parti de gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Éric Coquerel estime que tout reste à jouer dans cette campagne présidentielle, et que celle-ci pourrait connaître un tournant avec la marche du 18 mars. Lire la suite »

Gérard Miller : « Est-il encore permis de voter à gauche quand on est de gauche ? »

Publié le Mis à jour le

Capture44TRIBUNE. Ainsi donc, parmi d’autres hommes de gauche insoupçonnables, Patrick Braouezec, ancien député-maire communiste, « mesurant les conséquences dramatiques d’un second tour droite-extrême droite », vient d’annoncer dans Le Monde, daté du 8 mars, qu’il votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour. Et ceci après avoir commencé par ces mots : « Chacun connaît mes convictions et mes engagements ». Je l’avoue : les bras m’en tombent ! Lire la suite »

Pour sortir des contre-vérités sur le vote des classes populaires

Publié le Mis à jour le

Capture4

Parmi les idées fausses qui circulent sur le vote du Front national, deux sont constamment avancées: les ouvriers votent en majorité pour le FN; l’électorat ouvrier de la gauche serait passé avec armes et bagages chez les frontistes. Lire la suite »

Tribune : L’unité de la gauche est-elle un mirage ? Par Philippe Légé

Publié le Mis à jour le

capture1Philippe Légé est enseignant-chercheur en économie à l’université de Picardie Jules Verne. Il aborde, dans cette tribune, la question de l’unité de la gauche, posée presque tous les jours depuis la victoire de Benoit Hamon aux primaires de la BAP. Lire la suite »

Appel des historiens : Dans la dynamique de la France insoumise !

Publié le Mis à jour le

 logo-ghsAppel des historiens

Dans la dynamique de la France insoumise !

Depuis plus de quarante ans, la France et l’Europe se sont enfoncées dans une « crise » sans fin, entraînant la relégation d’un nombre croissant de salariés et de territoires. Depuis quatre décennies, un chômage de masse s’est installé, tandis que les politiques n’ont cessé de rogner l’État social et que les inégalités et les discriminations se sont creusées. Quarante années de chômage de masse, d’abandon de territoires entiers, de dénonciation rituelle du coût du travail, de destruction des conquêtes sociales au nom de la modernité libérale, de la stigmatisation de l’Autre (social, culturel ou religieux).

Lire la suite »